Ne nous laissons pas bercer par les sirènes du tout sécuritaire. Ne nous laissons pas davantage endormir par le laxisme et l’angélisme. Assurer la sécurité de tous les citoyens, c’est depuis ses débuts un des fondements de notre République. Et s’assurer que nous y contribuons tous, c’est le principe numéro un de la citoyenneté.

Ni tout sécuritaire, ni angéliste, il nous faut une sécurité municipale conséquente et citoyenne.

NOUS AVONS BESOIN D’UNE VÉRITABLE POLICE DE PROXIMITÉ

Hélas, Colomiers est la dernière ville de la métropole à avoir mis en place une police municipale. Non seulement nous sommes à la traîne, mais les effectifs sont insuffisants. Aux dires des policiers eux-mêmes, et pour répondre à la demande des Columérins, il faut un agent municipal pour 1 000 habitants.
Voilà ce que nous ferons :

  • Doubler immédiatement les effectifs pour rattraper le retard : 40 policiers au lieu de 20 ! Il n’y a pas à tergiverser : la continuité de ce service public doit se faire sans interruption, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Elle se fera.
  • Faire cesser les rodéos sauvages à moto qui troublent lourdement la tranquillité publique de nos quartiers. Une brigade motorisée, elle aussi sur des deux roues, va sillonner la ville pour rétablir le calme et la sécurité des riverains excédés par les nuisances sonores et le danger potentiel.
  • Équiper chaque policier municipal de caméra embarquée. Ce sera beaucoup mieux pour lutter contre les incivilités, et nous retrouverons des valeurs aussi simples que le respect et la sécurité de tous. La contestation s’arrêtera d’elle-même par la preuve enregistrée.
  • Reloger la police municipale en dehors de la Mairie. Elle aura son propre local, dans le quartier du Val d’Aran. L’objectif est de pouvoir mieux rayonner dans la ville
  • Affecter des agents dans chacun des 6 quartiers de Colomiers, pour une meilleure écoute des doléances des habitants.

Oui, nous créerons de fait une police municipale de quartier, pour tisser un lien de proximité plus étroit avec la population. Cette proximité accroît la confiance.

  • Revoir et compléter notre système de vidéo protection municipal. Plus de caméras permettront de débusquer les délinquants notoires, parce que le dispositif actuel est insuffisant. Mais nous allons innover avec des caméras « nomades » pour nous adapter à une délinquance elle aussi mouvante : le dépôt sauvage d’ordures, les cambriolages, les trafics de stupéfiants dans les quartiers.
  • Solliciter de l’État la création d’une maison de la justice et du droit dans Colomiers. Les maisons de justice et du droit, lieux de proximité, permettent à chacune et chacun d’être valablement informés sur ses droits et de les faire valoir, notamment en contribuant au règlement amiable du différend.
    Impliquées dans la politique de la Ville, elles tendent à réaffirmer le droit dans la cité.
    Les maisons de justice et du droit offrent ainsi des services gratuits pour une écoute de qualité afin de trouver une solution juridique adaptée : il nous en faut une, c’est évident.

LA SÉCURITÉ, C’EST AUSSI UN COMPORTEMENT TRÈS CITOYEN

Dans une ville très étendue comme la nôtre, se connaître et se reconnaître, c’est plus que nécessaire. La sécurité passe par là. Et par des détails aussi parfois.
Voilà quelques suggestions à réaliser en suivant :

  • Nous soutiendrons les citoyens désireux de se lancer dans des actions de « Voisins vigilants » . Sans être trop curieux, on peut s’intéresser aux autres, par sécurité autant que par besoin d’entraide.
  • La vidéo, ce n’est pas fait pour espionner, mais pour protéger. Nous allons mettre en place un comité d’éthique pour la vidéo protection afin de donner aux Columérins des garanties quant à son utilisation. Ce comité sera associé à l’élaboration d’une charte d’éthique de la vidéoprotection, il veillera à ce qu’elle soit toujours respectée. Nous n’oublions pas que le respect est une valeur mutuelle des uns envers les autres.
  • Parce que les épaves ne sont pas des encombrants ordinaires, nous allons agir plus rapidement sur leur enlèvement et augmenter la capacité de la fourrière actuelle.
  • Nous allons rénover l’éclairage public pour faciliter les déplacements la nuit en toute sécurité et dans tous les quartiers. Comment ?
    • D’abord en l’équipant totalement de LED. On rallumera ainsi les quartiers tout en économisant plus de 80% d’énergie.
    • Mieux encore : des détecteurs de mouvement permettront d’adapter l’intensité lumineuse afin de mieux éclairer vos balades sur les voies piétonnes et cyclables en soirée.