Nous allons commencer par la démarche Zéro chômeur longue durée.

Chaque personne que l’on remettra dans le circuit sera une victoire, pour elle-même, pour sa famille et les structures qui l’y aident.
Aux personnes concernées, nous allons offrir de nouvelles opportunités de travail locales, par exemple un service de conciergerie, le nettoyage de véhicules particuliers, etc.
Remettre le pied à l’étrier grâce à sa Ville, c’est se donner la chance de repartir au galop un peu plus tard.
Pour atteindre l’objectif Zéro chômeur, nous favoriserons les passerelles entre associations, entreprises, institutionnels.
Notre municipalité aura du cran, de la volonté. Elle a déjà des idées :

Conclure un contrat social entre la mairie et les entreprises de Colomiers pour favoriser l’accueil de tous les jeunes Columérins en demande de stages.
Nous renforcerons ainsi l’employabilité future de ces jeunes dans leur propre ville, ce qui correspond à un souhait commun de proximité entre employeurs et salariés.

Relancer la Société d’ÉconomieMixte pour l’Innovation, le Développement Industriel et l’Animation Scientifique de Colomiers, la SEMIDIAS.
Implantée au Perget, elle doit redevenir un lieu où se croisent et coopèrent grands groupes français, PME, universitaires…
Sa mission : renforcer le tissu économique local et favoriser l’installation d’entreprises innovantes sur Colomiers.
Go !

Assurer la baisse des loyers des locaux commerciaux grâce au droit de préemption de la Mairie. Le commerce en ville, c’est une nécessité vitale.
Dès 2021, nous pourrons exonérer totalement ou partiellement de cotisations foncières et/ou de cotisation sur la valeur ajoutée certaines entreprises.

Offrir aux jeunes Columérins en quête d’emploi une expérience unique : tenter de devenir de jeunes ambassadeurs de la Ville à l’international, de créer des passerelles avec des partenaires à l’étranger notamment grâce aux jumelages que nous créerons. Ils recevront un financement.
L’aventure vaut le déplacement, non ?

Initier un Small business act. Ce nom venu d’outre-Atlantique désigne une pratique simple et efficace : déterminer et voter une charte municipale pour favoriser l’accès des marchés publics aux TPE/PME.
Il arrive souvent que seules les grandes entreprises soient en capacité de répondre à un appel d’offres. Dans ce cas, TPE et PME ont une part du marché qui leur est réservée. Au-dessus de 100 000 euros de chiffre d’affaires, ces appels d’offres devront comporter un plan de sous-traitance impliquant PME et TPE locales.